Newsletter Contactez-nous Espace Clients
separateur-imagestetiere

Actualités

Retour à la liste des actualités
Informations générales
03/10/2017 -

Une récolte historiquement basse

Une récolte historiquement basse

Sur l'ensemble du pourtour méditerranéen et la vallée du Rhône méridionale, la récolte 2017 restera dans les mémoires comme précoce et très faible.

Au jour de publication de cet article, les variations de récolte annoncées sont une estimation et nécessiteront d'être affinées sur la base des déclarations de récolte.

 

Une production historiquement basse sur le secteur Languedoc Roussillon autour de 10 millions hl.

Record historique dans l'Hérault avec une récolte 2017 inférieure à 4 millions hl, soit un recul de près de 15% vs 2016 et de 23% par rapport à la moyenne des 10 dernières années.

Dans le Gard, c'est également la plus petite récolte dans l'histoire du département avec un peu moins de 2,5 millions hl (-27% vs 2016 et -26% par rapport à la moyenne décennale).
Les principales causes sont :

  • Des phénomènes de coulure sur Grenache et Merlot d'origine climatique ("coups de froid" de fin avril ayant provoqué des retours de sève).
  • Une quasi absence de précipitation de juin à septembre, et des températures record en juin, ont fortement limité le grossissement des baies.
  • Une sortie de grappes faible, en particulier en Côtes du Rhône et dans le Gard septentrional.

Dans l'Aude, la baisse concerne tous les secteurs, notamment le Narbonnais et les Corbières.

Seul le département des Pyrénées Orientales bénéficie d'une progression de 5% par rapport à un millésime 2016 qui était particulièrement faible.

En vallée du Rhône et en Provence, la tendance est similaire vs 2016 :

  • Ardèche : -40%
  • Vaucluse : -40%
  • Bouches du Rhône : -30%
  • Var : -25%

En Provence, la baisse de récolte s'explique par :

  • La variation du rendement viticole

-Nombre de grappes par souche : sortie faible

-Nombre de baies par grappe : coulure marquée sur Grenache et Merlot, conséquence du froid de fin avril, début mai

-Poids moyen d'une baie : à peine plus grosses qu'en 2016 après la véraison, les baies déjà petites ont subi à la mi-août une concentration accélérée en raison de la chaleur et du vent

  • La forte sécheresse estivale, avec effet cumulatif des sécheresses des années passées
  • Le gel d'avril dans certains secteurs

En dehors d'incidents climatiques (gel...), les variations du rendement de la vigne sont expliquées à 60% par les variations du nombre de grappes, 30% par les variations du nombre de baies et 10% par celles de la masse moyenne d'une baie.


Source : bulletins d'observation du Millésime des Centres oenologiques ICV.
Pour toute question, contactez votre centre ICV.
 

La newsletter ICV

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos exclusivités directement dans votre boîte mail...

Cliquez-ici
rejoignez-nous maintenant !